All for Joomla All for Webmasters

 

 

 

 

 

Éditorial

Rebond à venir : affûtons nos outils  !

Les pays asiatiques, à commencer par la Chine, mais aussi par exemple le Vietnam, que nous mettons en exergue dans ce numéro, se sont relevés beaucoup plus rapidement que nous de la crise sanitaire. Le scénario le plus probable est désormais celui d'une reprise mondiale qui va se répandre progressivement à toutes les régions du monde, avec l’Europe sans doute en avant-dernière position. On peut s’attendre à un fort rebond chez nous dès le dernier quadrimestre, aussi bien en ce qui a trait aux ventes en interne qu’à nos exportations. Cela sera différent selon les secteurs, bien entendu. Pour ce qui est de la croissance à l’international, certains domaines d’activité ou régions du monde seront davantage à privilégier. On en discerne les prémices dans les résultats de notre commerce extérieur en 2020, dont nous vous proposons une courte synthèse dans le présent numéro. Alors, bien entendu, se pose à plus long terme la question de la montagne de dettes accumulées, et aussi de l’état des entreprises ou établissements de toutes tailles, en particulier des PME, qui ont survécu sous perfusion pendant parfois plus d'un an. Cela va probablement être compliqué pour beaucoup. Dans quelles proportions ? C'est encore difficile à dire à ce stade.

Le retour attendu des réformes structurelles

En France, plusieurs réformes structurelles importantes avaient été repoussées, comme celle des retraites, qui avait causé une première crise juste avant le Covid. Le sujet va revenir sur le tapis tôt ou tard, d'autant que l'on nous dit que la fameuse « aide européenne » de 40 milliards d'euros à laquelle nous devrions avoir accès serait conditionnée précisément à des réformes structurelles d'importance. Gageons que l'exécutif sera soucieux d'attendre les prochaines élections présidentielles avant de les remettre de nouveau sur le tapis. Au demeurant, le calendrier parlementaire est déjà très dense, alors que nous approchons de la fin de la mandature de l’Assemblée nationale. Un calendrier du reste alourdi par des projets de loi de circonstances, répondant à des faits – certes graves – mais ponctuels. Une habitude particulièrement à l'honneur depuis 2007. On accumule les tests, souvent contradictoires et mal ficelés. On répond à l'émotion par des lois. Or, les grands principes du droit, valables sur le long terme, devraient prévaloir : la présomption d'innocence, l’admission de l’absence de discernement comme clause d’exonération de la responsabilité pénale. Bien sûr, c’est difficile à accepter pour les victimes et leurs ayant-droits, mais il y va du respect de nos principes fondamentaux. On n’est pas au far-west !
Sur le plan économique et social, la gestion gouvernementale a, en revanche, été plutôt sereine, mais c’est vrai, en faisant abstraction de tous les coûts engendrés. On verra plus tard ! Quoi qu’il en soit, à nous tous de nous préparer sur ce rebond extrêmement probable, et d’en tirer le meilleur profit, en démarrant nos opérations ni trop tôt ni trop tard.

Alain Gazo
Directeur de la rédaction