All for Joomla All for Webmasters

 

 

 

 

 

Éditorial

Réforme des retraites : des perspectives incertaines

2019 s’est achevée sur une note pessimiste, à l’instar de 2018. La révolte diffuse des gilets jaunes avait alors ensuite perdu du carburant en raisond’un relâchement budgétaire très significatif du gouvernement, accompagné de longues visites de terrain du président. Qu’en sera-t-il cette fois-ci ?
La difficulté semble devoir être moindre pour les autorités puisque, même si une bonne partie de la population serait plutôt hostile à la réforme proposée, ceux qui portent dans la pratique le fer contre elle ont un pouvoir coercitif certain, mais sont peu nombreux. La tentation est donc grande de leur donner d’une manière ou d’une autre satisfaction.
Et le problème serait réglé. C’est probablement ce qui arrivera, mais c’est très long. Notre économie s’en ressent forcément. Que penser de la réforme proposée par le président ?
Nous n’en connaissons pas les détails, mais l’idée centrale semble être l’universalité du système. Cela participe de la volonté constante de la technocratie depuis une dizaine d’années au moins, de tout baser sur une rationalisation poussée à l’extrême en balayant tout ce qui est différent : caisses d’assurance-maladie et vieillesse fusionnées, tribunaux d’instance supprimés ou regroupés, petits hôpitaux rayés de la carte.
L’idée serait que, plus un organe est gros, plus il serait efficace et moins il coûterait cher. Il semble pourtant que l’expérience tendrait à prouver le contraire. Un régime universel ne serait pas uniforme, argumentent plaisamment des députés représentant la majorité. Allons donc !

Une rationalisation à marche forcée
Les régimes spéciaux doivent être certainement revus au fil de l’évolution de la société, mais ils correspondent à des situations spécifiques. Le nouveau régime unique, débarrassé si je puis dire des complémentaires paritaires, ouvre évidemment la porte, puisque la nature a horreur du vide, à des complémentaires privées, qui favoriseront ceux qui auront les moyens de les utiliser.
Quoi qu’il en soit, si l’on met tout dans un pot commun, pas sûr que cela soit moins onéreux en frais de gestion, et certain que d’aucuns y gagneront tandis que d’autres y perdront.
On sait bien que l’équilibre futur des retraites est une question délicate à traiter. Fallait-il pour autant tout chambouler ? Je n’en suis pas persuadé.
Le président peut difficilement céder sans perdre la face et son électorat. Gageons qu’il ne le fera pas, mais à quel prix ? Car on voit bien que la tentation est grande de donner à ceux qui ont le pouvoir de bloquer, donc au détriment des autres.
Des nouvelles contrastées nous arrivent sur le plan international. Malgré la persistance de crises dans plusieurs pays, comme l’Espagne, qui court le risque d’une atomisation, sans parler de la situation préoccupante au Moyen-Orient, l’apaisement dans le conflit commercial Etats-Unis-Chine devrait soutenir la croissance du commerce mondial en 2020, ce qui aura probablement des répercussions positives pour nous aussi.
Bonne année 2020 !

Alain Gazo

Directeur de la rédaction